Nouvelle Scène

Le système Ribadier

Georges Feydeau

Du Feydeau ? Une histoire de couple et de tromperie, bien évidemment ! Mais avec Le Système Ribadier, l’idée est originale et les situations inattendues !

Veuve d’un premier mari qui l’a trompée avec une admirable constance, Angèle s’est remariée avec Eugène Ribadier (pas besoin de refaire son trousseau : elle conserve les mêmes initiales !). Décidée à ne plus souffrir, elle a développé une méfiance qui frise la paranoïa. De son côté, son mari n’ayant pas l’intention de se priver de quelques frasques extra-conjugales, a trouvé un système « scientifique » et infaillible pour ses escapades ni vu ni connu. Mais voilà qu’un ami commun revient d’un pays lointain et, de façon imprévue, la machine va se gripper…

LE MADE IN FEYDEAU !
L’infidélité est le sujet constant des vaudevilles en général et de Feydeau en particulier. Dans la plupart de ses comédies, il prend un grand plaisir à se moquer de ces bourgeois parisiens qui considèrent le mariage comme une prison et privilégient leur plaisir au détriment de leur femme légitime. Il le fait avec une fantaisie, une habileté, une drôlerie qui reposent non seulement sur les situations et les quiproquos, mais aussi sur des répliques cinglantes, des jeux de mots ou des formules drôles et parfois cruelles. Et puis il y a aussi cette incomparable construction dramatique, d’une infernale précision, d’une inventivité ahurissante, ce rythme trépidant qui fait passer les personnages et les spectateurs d’une situation inattendue à une péripétie improbable !

FEYDEAU UN PEU AUTREMENT ?
En général, résumer une pièce de Feydeau tient du parcours du combattant, si l’on refuse de s’en tenir à la phrase : « Monsieur trompe Madame, qui le lui rend bien - ou tout au moins y aspire », tant les péripéties s’enchevêtrent au gré des frasques désastreuses des personnages. Mais avec Le Système Ribadier, Feydeau a fait fort : il conserve son style si caractéristique tout en soulignant les ravages du mensonge, le ridicule des êtres empêtrés dans leurs pulsions et, une fois n’est pas coutume, la fidélité d’un amour frustré. Il ajoute un brin de féminisme pour dénoncer l’aberration de certains mâles triomphants, une touche d’exotisme avec la mode du colonialisme, et il en profite pour évoquer une nouvelle tendance de son époque : l’hypnose. C’est dire que le sujet est plutôt nouveau et ouvre la porte à une sorte de surréalisme, voire une poésie, que le metteur en scène s’est amusé à mettre en évidence.

FEYDEAU AVANT ET APRÈS
On a longtemps « craché » sur les vaudevilles et les pièces de Feydeau, les réservant à un public facile qui ne demandait qu’à rire de façon futile, leur reprochant les stéréotypes de leurs sujets, le comique obligatoire qui doit en ressortir, la mécanique de leurs constructions dramatiques… Jusqu’à ce qu’on s’aperçoive que le vaudeville traité par des auteurs de talent est une satire sociale féroce de toute une époque et que plus le rire et les situations sont énormes, plus le propos est, au fond, tragique et cruel.
On a aussi vu en Feydeau un précurseur du théâtre de l’absurde. Le théâtre et les metteurs en scène dits intellectuels s’en sont alors emparés, allant parfois jusqu’à gommer les éléments comiques !

HUMOUR ET EFFETS SPECIAUX
Après les excès en tous genres dans un sens et dans l’autre, on s’aperçoit qu’on peut trouver un équilibre dans les pièces de Feydeau et travailler sur des situations comiques invraisemblables tout en mettant en évidence la vraisemblance des comportements et des psychologies ! Ladislas Chollat a parfaitement su prendre ses distances avec des traditions comiques éculées tout en restant fidèle à l’esprit de Feydeau et en privilégiant l’humour… jusque dans le décor et les effets spéciaux ! Quant aux comédiens, auxquels Feydeau demande tant de virtuosité, ils témoignent d’un éventail de talents remarquables.

Avec Patrick Chesnais, Pierre François Martin-Laval, Valérie Karsenti, Benoît Tachoires, Elsa Rozenknop, Emmanuel Vérité
Mise en scène Ladislas Chollat
Scénographie Emmanuel Charles
Costumes Jean-Daniel Vuillermoz

Production ArtsLive entertainment, Théâtre des Bouffes-Parisiens

«Une pièce brillante et délirante, un trio d’acteurs éblouissants.»

LE FIGARO

«Une version élégante et malicieuse.»

LE PARISIEN

«Valérie Karsenti est idéale, Patrick Chesnais est irrésistible, Pierre François Martin-Laval déploie une folie qui lui est propre, absurde et décalée.»

L’EXPRESS

Aufführungstermine