PremiereNouvelle Scène

Le Cercle de Whitechapel

Londres 1888 : un mystérieux criminel assassine en toute tran- quillité des femmes dans le quartier populaire de White Chapel. Scotland Yard piétine, se ridiculise… Un membre de la gentry, Sir Greville, décide de damer le pion à la prestigieuse police anglaise et convoque une équipe d’un nouveau genre, dont l’in- telligence, la spécialité et les réseaux devraient permettre de démasquer l’assassin.


UNE NOUVELLE « LIGUE DE GENTLEMEN EXTRAORDI- NAIRES » ?
Autour de Sir Greville, dans un atelier assez miteux du secteur  où sont perpétrés les crimes, quatre éminentes personnalités    de l’époque vont faire travailler leurs petites cellules grises : le romancier Arthur Conan Doyle avec son esprit d’observation et de déduction, le journaliste brillant et futur célèbre dramaturge George-Bernard Shaw avec son réseau et ses archives, le père de Dracula Bram Stocker avec sa connaissance des sociétés secrètes et de l’ésotérisme, et une de premières femmes médecin,  Marie Lawson avec ses compétences médicales et sa conscience des problèmes sociaux – l’élément féminin au milieu de ces mâles fiers de leurs prérogatives.

Ces profileurs d’un genre particulier, tous différents et au ca- ractère bien trempé, vont faire appel à toutes sortes de types d’investigation, confronter leurs réflexions, leurs découvertes,  et aussi leur égo…



LONDRES ET JACK L’ÉVENTREUR…
Jack L’Eventreur est le plus célèbre des serials killers. Il a ter- rorisé toute une population par la sauvagerie de ses méthodes, devenant une sorte de mythe représentant le mal absolu, une légende pour faire peur. Jamais vu, jamais pris, il reste une énigme qui alimente les théories les plus folles et qui a inspiré une multitude d’œuvres de fiction littéraires, musicales ou ci- nématographiques. De nombreuses hypothèses ont été échafau- dées, y compris celle d’un scandale d’état destiné à camoufler  les méfaits d’un membre de la famille  royale.

Tandis que grâce à son essor industriel, l’Empire britannique s’impose comme une des plus grandes puissances mondiales, et Londres comme une ville riche, l’échec rencontré par sa police met en lumière la misère de certains quartiers et la triste condi- tion des femmes qui y vivent. « On tolère qu’un homme chasse des êtres humains en pleine ville, pourvu que ses victimes ap- partiennent à une classe inférieure. », peut-on lire dans certains journaux ! A travers Jack l’Eventreur, c’est l’hypocrisie et la vio- lence sous-jacente d’une société bridée par les conventions de l’ère victorienne qui sont stigmatisées.


ÉLÉMENTAIRE MON CHER WATSON ? PAS TANT QUE ÇA !
Mêlant réalité et fiction, la pièce est une comédie pleine de sus- pense et d’humour à la fois, qui sonde la noirceur de l’âme hu- maine tout en évoquant l’époque avec un réalisme et une pointe d’ironie très britanniques. On s’y croirait tant le décor, les cos- tumes et les accessoires correspondent à l’imaginaire collectif. Tous les ingrédients du thriller – policier mais décalé ! – sont réunis dans une enquête complexe au cours de laquelle des per- sonnages – historiques mais qui pourraient sortir d’un roman d’Agatha Christie – se livrent à des réflexions dans le style de la série des « Experts » !

Le suspense est continu, l’intrigue bien ficelée : déductions logiques, surprises, fausses pistes, élucubrations, rebondis- sements, références historiques… A travers ses personnages et un sens aigu des dialogues, l’auteur explore diverses versions pour construire sa vision d’une des plus grandes énigmes crimi- nelles de l’histoire contemporaine et aboutir à sa propre conclu- sion… qu’on ne dévoilera pas ici, bien sûr  !

AVEC Stéphanie Bassibey, Pierre- Arnaud Juin, Ludovic Laroche, Jérôme Paquatte, Nicolas Saint- Georges
MISE EN SCENE Jean-Laurent Silvi           
COSTUMES Axel Boursier
DECOR Margaux Van Den Plas et Corentin Richard

Production Le Renard Argenté Production et Pascal Legros Production en coréalisa- tion avec le Théâtre du Lucernaire, Paris

„Une aventure captivante jusqu’à la dernière seconde.“

LE PARISIEN

„Jubilatoire: de l’horlogerie suisse pour intrigue britannique !“

L’EXPRESS

„Suspense, les comédiens font merveille, une réussite !“

FIGARO MAGAZINE

„Courez voir ce spectacle. Il est british en diable et délectable.“

TELERAMA

Aufführungstermine

  • Sa, 23. Februar 2019, 19:30