PremiereNouvelle Scène

La Vie est un Songe

 Féru de sciences et d’astrologie, le roi Basile n’a pas voulu pren- dre de risque : les astres lui ayant prédit que son fils le destitue- rait et règnerait dans la violence, il l’a fait enfermer dans une tour au loin dans les montagnes. Devenu vieux, il est pris d’un doute et plutôt que de laisser son royaume à un neveu et une niè- ce qui ont vécu jusqu’alors à l’étranger, il décide de donner une chance à son fils et de le mettre à l’épreuve. Il lui fait administrer un puissant narcotique et le fait transporter à la cour. S’il s’avère un bon souverain, tout rentrera dans l’ordre et la lignée royale sera respectée. S’il se montre tyrannique, il sera replongé dans le même sommeil provoqué par les plantes, il réintégrera à jamais sa tour carcérale et on lui fera croire qu’il a rêvé… Son destin est entre ses mains. Quoique…
 

UNE ÉPOPÉE THÉÂTRALE 
La pièce se passe en trois journées au cours desquelles se nouent plusieurs intrigues. Car autour du destin du  prince  et  de  ce qu’il en fera viennent se greffer toutes sortes de mésaventures touchant les personnages qui l’entourent. Rien n’est simple au- tour de lui : il est question de fille secrète, de travestissement,   de luttes de pouvoirs, de vengeance des uns, de préjugés des autres… Trois journées qui permettent à cette épopée métaphy- sique de raconter les métamorphoses qui conduisent, sur toutes sortes de chemins de traverse, de la soumission à la révolte, des pulsions incontrôlées au renoncement, de l’inconscience à la res- ponsabilité.

Dans le pur style du théâtre du Siècle d’Or espagnol – le XVIIe – la pièce regorge de péripéties qui mêlent le burlesque à l’onirique, l’épique au comique, la philosophie au divertissement. Le thème de base est inspiré d’un Conte des Mille et une Nuits, Le Dormeur éveillé, mais Calderón insiste davantage sur la fable politique et les ravages que peut faire l’abus de pouvoir dans quelque domai- ne que ce soit.
 

CHEF-D‘OEUVRE DU THÉÂTRE BAROQUE
La Vie est un Songe appartient au patrimoine mondial du théâtre et fait partie des pièces fondatrices de la culture européenne. Elle témoigne du courant de pensée du XVIIème siècle qui pousse cer- tains intellectuels européens à s’interroger sur les acquis d’une connaissance qu’on ne mettait pas en doute jusqu’alors et sur    le bien-fondé d’une réalité dévastatrice. D’où l’importance du songe, qui permet une autre perception de la réalité ! Mais si ce théâtre a une portée philosophique, c’est aussi un théâtre popu- laire, où il se passe toujours quelque chose : il fallait alors que son propos soit transmis à travers des histoires mouvementées, afin d’être accessible à tous !

Fils de bonne famille Pedro Calderón de la Barca de Henao y Riaño appartient à ce courant. Malgré quelques démêlés avec la poli-   ce et l’Eglise (qui ne l’empêcheront pas d’entrer dans les ordres à l’âge de 50 ans !), Calderón deviendra très jeune le poète drama- turge favori de la Cour. Très prolifique, on lui prête officiellement 200 pièces mais certains vont jusqu’à affirmer qu’il en a écrit plus de mille !
 

DU XVII ÈME AU XXI ÈME SIÈCLE…
Le propre des textes dits classiques est d’être intemporel et de toucher tous les publics par la pensée qu’ils véhiculent. Mais les sociétés et le langage changent, aussi le texte original de Cal- derón a donné lieu à un travail d’adaptation important, destiné, selon le metteur en scène, « à faire jaillir le sens profond de la pièce pour nos spectateurs peu habitués aux valeurs de cette épo- que, à rendre les dialogues efficaces et accessibles, sans enlever une once de la folie chevaleresque et de l’ivresse des situations qui fait que La Vie est un songe est un grand spectacle populaire. Et il ajoute que « la modernité de ce texte réside dans sa flamboyan- te capacité à passer à nos contemporains le message suivant : rien n’est prédéterminé, votre destin est entre vos mains, ne pliez pas devant les contingences, les contraintes de toute sorte. L’exercice d’un pouvoir, quel qu’il soit, ne doit pas vous persuader que vous vivez alors que vous êtes endormi ! »
 

AVEC Gérard Desarthe, Gaël Giraudeau, Dominique Pinon, Lina El Arabi, Jérôme Anger, Frédéric Andrau, Valentine Galey
MISE EN SCENE ET SCENOGRAPHIE Christophe Lidon
ADAPTION Michael Stampe
COSTUMES Chouchane Abello- Tcherpachian


Coproduction CADO-Centre national de création d’Orléans/Acte 2

Aufführungstermine

  • Di, 25. Juni 2019, 19:30 - 22:30
    Stadttheater