Nouvelle Scène

LA MACHINE DE TURING

BENOIT SOLÈS

Angleterre, 1952 : le professeur Alan Turing porte plainte après un cambriolage à son domicile. Quelque chose dans le comportement de Turing alerte le sergent inspecteur. Son allure anti-conventionnelle ? Ses hésitations dans sa façon de s’exprimer ? Son manque de précisions quand on lui demande ses activités pendant la guerre ? D’autant plus que, découvrant son passage au commissariat, les services secrets s’intéressent à lui. Serait-il un traître au service de l’Union soviétique ? Le sergent va vouloir en savoir davantage et, au fil de ses contacts avec Turing, la vie stupéfiante d’un homme étrange va être dévoilée.

QUEL PERSONNAGE FABULEUX !
La pièce retrace le destin hors norme de cet homme resté dans l’ombre, alors que ses découvertes ont sauvé la vie de millions de personnes, contribué à hâter la fin de la Seconde guerre mondiale et ainsi à changer la face du monde. Au-delà du contexte historique, au-delà d’une biographie, l’auteur redonne vie à un être d’exception dont le génie a intensément perturbé le quotidien. Porteur de deux lourds secrets, politique et personnel, il a été broyé par la raison d’Etat et par l’Angleterre bien-pensante. Il faudra attendre 2013 pour que la reine le reconnaisse officiellement comme un héros. Qu’on soit amateur de sciences ou qu’on soit allergique aux mathématiques, on suit, comme un thriller, cette existence de surdoué incompris, d’une timidité maladive, hypersensible, bégayant, introverti, coureur de marathon, drôle malgré tout : un héros tragique et romantique à la fois, d’une humanité confondante.

UN VISIONNAIRE INCOMPRIS
Alan Turing a mis au point une machine qui a vaincu le code
« Enigma » des nazis, code conçu d’une façon extraordinairement sophistiquée et leur permettant de communiquer sans être interceptés par les alliés. Son intuition rare, ses recherches et sa ténacité lui ont permis de créer un des premiers ordinateurs et d’être en quelque sorte l’inventeur de la programmation informatique. En précurseur, il a posé la question : « Les machines pensent-elles ? » et inventé Le Jeu de l’imitation, surnommé ensuite Test de Turing, qui donne lieu au Théorème de Turing. Mais aux yeux de la société, imaginer qu’une machine puisse penser remet en cause la science, la religion, donc elle ne peut provenir que d’un cerveau dérangé !
Les travaux de Turing sur l’intelligence artificielle, comme les articles de Darwin ou d’Einstein, ont bouleversé les conceptions d’une époque et, ce faisant, fait travailler de nombreux scientifiques et interpellé les philosophes sur l’essence de l’homme et celle de la machine.
Et pourtant, pour de multiples raisons, l’existence de cet homme hors du commun sera classée secret défense et passée sous silence pendant des décennies.

LE VRAI ET LE FAUX ?  
L’auteur précise : « L’histoire racontée est vraie quant aux faits historiques, aux découvertes de Turing, aux traits majeurs de sa personnalité et à sa condamnation, précise Benoit Solès. Tout ce qui est montré en image est aussi vrai. Je me suis servi de ses lettres et de sa biographie (A.Hodges, Alan Turing, ou l’énigme de l’intelligence). La puissance du personnage est bouleversante et touche à l’universel en chacun de nous, en parlant de solitude, de différence, du regard que nous portons sur les gens qui sont différents. Pour le reste, c’est la liberté d’interprétation et la licence poétique. C’est donc à la fois un souci d’authenticité et d’imagination qui m’aura animé. Mais ce qui compte, au-delà de la perception intime ou de l’interprétation personnelle, c’est de respecter l’esprit de celui à qui l’on souhaite rendre hommage et de célébrer le visionnaire et l’inadapté, le héros et le martyre, bref, l’homme extraordinaire, courageux et passionnant que fut Alan Turing. »

Sensible, haletant et judicieusement mis en scène. LE MONDE

Cette pièce est si bien écrite, si bien jouée, si bien mise en scène que l‘on passe une soirée rare et délicate. LE FIGARO

Une excellente pièce et une extraordinaire incarnation. L’EXPRESS

Un spectacle passionnant, Benoit Soles est prodigieux. LE PARISIEN

AVEC Benoit Solès et Amaury de Crayencour
MISE EN SCENE Tristan Petitgirard
DECOR Olivier Prost
COSTUMES Virginie H

Durée 1h30

Coproduction : Atelier Théâtre Actuel, Acmé, Fiva Production et Benoit Solès

4 Prix aux Molières 2019 : auteur, mise en scène, comédien et spectacle du théâtre privé

Aufführungstermine